Se connecter

Vous n'avez pas encore de compte sur Immijob ? Cliquez-ici pour créer votre compte dès à présent !

Mot de passe oublié ? Cliquez-ici pour le réinitialiser

S'inscrire

EMPLOI : 7 DIFFÉRENCES ENTRE LA FRANCE ET LE QUÉBEC

Emploi : 7 différences entre la France et le Québec
Vous recherchez un emploi au Québec depuis la France ? Voici sept différences à connaitre pour appréhender au mieux votre expérience de travail au sein de La Belle Province.

1- LES HORAIRES

Oubliez les 35 heures semaine, et la pause déjeuner de plus d’une heure ! Au Québec, les journées de travail sont plus concentrées, et le rythme horaire hebdomadaire courant plus important.

Première différence majeure, le temps de travail normal au Québec pour un emploi à plein temps est établi à 40 heures semaines. Soit huit heures par jour. Toutefois, certaines entreprises proposent des semaines à 35 heures ou 37,5 heures / semaines.

Si le temps de travail hebdomadaire est plus important, les journées sont généralement plus courtes, car concentrées. Il est courant d’entendre parler de « 9 à 5 », soit une journée de travail de 9h00 à 17h00.

Les pauses déjeuner dépassent rarement 30 minutes, et il n’est pas rare que les Québécois déjeunent sur le pouce à leur bureau, leur permettant de finir leur journée plus tôt.

Attention toutefois, en accord avec l’emploi que vous exercerez, vous pourriez ne pas ressentir ces différences. Certains emplois nécessitent de travailler de nuit, d’autres emplois à responsabilités impliquent une amplitude horaire plus importante, etc.

2- LES CONGÉS : MOINS IMPORTANTS QU'EN FRANCE

Pour un Français qui s’installe en Amérique du Nord, la perspective de n’avoir que deux semaines de congés payés par année peut être déstabilisante.

Rassurez-vous, dans la réalité, il est rare de n’avoir que deux semaines de vacances rémunérées. S’il s’agit de la durée minimum légale, de plus en plus d’entreprises offrent à minima 3 semaines.

Par la suite, des jours additionnels s’acquièrent avec l’ancienneté, pour atteindre 4 semaines. En addition, il n’est pas rare de bénéficier de jours de maladie, ou pour convenance personnelle.

Si elle varie en accord avec les politiques internes de chaque entreprise, la durée des congés peut également être discutée lors de l’embauche.

3- LE RYTHME DE PAIE

Vous avez l’habitude de percevoir votre salaire à la fin ou au début de chaque mois ? Vous allez certainement apprécier être rémunéré au Québec !

En effet, le rythme de rémunération y est bimensuel, voire hebdomadaire dans certaines entreprises. Un moyen d’équilibrer vos dépenses et vos revenus.

4- UNE HIÉRARCHIE MOINS MARQUÉE

Au Québec, les rapports hiérarchiques sont moins marqués. Les relations sont généralement plus fluides, et les gestionnaires très accessibles. Le tutoiement, courant dans la vie quotidienne, aide également à faciliter les rapports.

Attention toutefois, si la fluidité des rapports peut donner l’impression d’une hiérarchie plus légère, cela n’enlève en rien le respect des rôles de chacun et de l’autorité en lien.

5- L’efficacité au cœur des préoccupations

Pragmatisme et efficacité sont les maitres mots de l’environnement de travail Québécois

Pour les emplois de bureau, que ce soit lors des réunions, dans un courriel (comprenez e-mail), ou lors d’un appel, chaque partie prenante s’affaire à être le plus efficace possible. Les réunions durent rarement plus de 30 minutes, et sont souvent sources de prise de décision.

Les courriels se veulent également plus brefs et concis, pour aller à l’essentiel.

Dans cet état d’esprit, il est très mal vu de répondre à un courriel plusieurs jours après sa date de réception. Il n’est pas rare d’accuser réception d’un courriel dans l’heure, simplement pour montrer que la demande a bien été prise en compte. La norme de service de 24 heures ouvrables est adoptée dans de nombreuses entreprises.

La même volonté d’efficacité s’applique dans tous types d’emploi. Le principe d’amélioration continue est suivi par bon nombre de compagnies, qui s’attèlent à optimiser régulièrement leurs processus.

6- LA CONCILIATION TRAVAIL - FAMILLE

La conciliation vie personnelle – vie professionnelle est un concept ancré depuis de nombreuses années au sein de la société québécoise.

Face à la pénurie de main-d’œuvre et aux enjeux de rétention des travailleurs, les employeurs québécois s’appliquent à offrir une grande flexibilité à leurs salariés.

Que ce soit au travers du télétravail, de journées non travaillées, mais rémunérées, en été ou encore de congés pour motif familial, tout est fait pour permettre de concilier les enjeux de sa vie professionnelle, avec ceux de sa vie personnelle.

Il est également courant de négocier un aménagement d’horaires, par exemple commencer plus tôt sa journée pour la terminer plus tôt, pour permettre de s’affranchir des contraintes familiales.

7- UN MARCHÉ DU TRAVAIL PLUS DYNAMIQUE

Au Québec, il n’est pas rare de changer d’emploi régulièrement, ou même de changer plusieurs fois de carrière au cours d’une vie.

La réglementation donne plus de latitude aux employeurs québécois pour congédier ou mettre à pied un travailleur qu’en France. Si cela peut faire peur, c’est l’une des raisons qui permet également aux travailleurs de changer d’emploi plus facilement.

La durée de préavis lorsqu’on quitte un emploi est généralement de deux semaines. Elle peut naturellement être plus longue pour des postes à responsabilités ou pour des salariés avec plusieurs années d’ancienneté.

Malgré cela, le contexte de pénurie de main-d’œuvre et l’importance accordée à l’expérience plus qu’au niveau de diplômes permettent de faire évoluer sa carrière en changeant d’emploi régulièrement. Pour les travailleurs étrangers temporaires, il convient naturellement de respecter les conditions de son permis de travail.

PRÊTS À PARTIR AU QUÉBEC ? pUBLIEZ VOTRE CV SUR IMMIJOB !

Photo de fauxels

CONSULTEZ LES OFFRES D'EMPLOI

ORTHOPHONISTE EN MILIEU SCOLAIRE

Être orthophoniste, c’est : Faire partie d’une grande équipe d’orthophonistes dynamiques travaillant dans divers milieux. Participer à des rencontres mensuelles de concertation entre orthophonistes permettant le développement professionnel et la

Voir l'offre d'emploi >

plus
d'articles